viergeMoliets nouvelleviergeMoliets anienne

La chapelle de Maâ, nichée sous sa voûte de verdure, à la lisière des constructions rurales et de la forêt, offre à ses visiteurs et pèlerins ce parfum de quiétude et de sérénité que les siècles lui ont donné en héritage.

Mais les évènements de l’histoire vont bousculer ce lieu de silence
La guerre se déclare au début de l’été 1940 avec ses incertitudes, ses menaces…
Comme toutes les églises à cette époque, les portes étaient ouvertes afin que les fidèles puissent s’y recueillir, à tout moment.

Pendant ces temps de grand conflit, les paroissiens, soucieux de préserver leur patrimoine, ont toujours pris le parti de mettre à l’abri les objets précieux en les plaçant hors de portée des envahisseurs.

Dès le début de l’occupation allemande, une paroissienne de Moliets décide d’emporter la statue de la Vierge qui siégeait en ce temps là dans la chapelle. Le conflit s’achève mais la paroissienne qui a peut-être quitté les lieux conserve son trésor….
Arrivant au terme de sa vie, cette personne décide de restituer la Vierge à l’Eglise et la confie à un prêtre, qui lui-même la remet à un autre prêtre et ainsi de suite, jusqu’à ce que la statue arrive au presbytère de Soustons.

Les outrages du temps ont fait leur œuvre sur cette Vierge en exil depuis des décennies et sont révélés par son voile assombri de peinture marron, son socle brisé, ses deux doigts de la main gauche cassés. L’objet nécessite des soins délicats et une rénovation.

Pour ce faire, il est devenu nécessaire d’obtenir l’aval des services de l’Administration, et en particulier de vérifier si l’objet d’art est répertorié dans les archives d’objets inscrits au titre des Monuments Historiques du département.

Après consultation auprès du Conservateur des Antiquités et Objets d’Art du Département des Landes, du Conseil Départemental des Landes, de l’Architecte des Bâtiments de France et de la DRAC à Bordeaux (Direction Régionale des Affaires Culturelles), il s’avère que notre statue de la Vierge n’est pas répertoriée dans les archives d’objets inscrits au titre des Monuments Historiques du Département des Landes.

Il faut se rappeler que cette Vierge étant absente depuis plus de 70 ans, elle n’a pu faire l’objet d’aucune demande d’inscription aux Monuments Historiques.

En conséquence, nous recevons l’autorisation de procéder à sa rénovation.

En accord avec Madame Mireille Multeau, Maire de Moliets et Maâ et le Père Hervé Castets, Curé de la Paroisse Saint André de Port d’Albret dont dépend la Chapelle de Maâ, la rénovation de la statue est mise en chantier (à l’Atelier de Dorure à Hasparren). Les frais de rénovation de l’objet et la fabrication du socle spécialement façonné pour y exposer la statue (Harcadia-Mobilier à Soustons) seront pris en charge par la Mairie de Moliets au titre du Patrimoine de la commune.

Au cours de la rénovation, après que soient soigneusement retirées les couches successives de peinture marron et blanche qui recouvraient l’objet dans son entier, il apparait qu’à l’origine, cette statue en céramique était recouverte à la feuille d’or. Il est donc décidé de la restaurer dans son état d’origine.

Sa remise en état accomplie, depuis le 5 Août 2016, la Vierge de Maâ dans sa splendeur retrouvée et la bienveillance de son geste, habite à nouveau la chapelle de sa présence tranquille et lumineuse….

Le retour annoncé de la Vierge à Maâ a suscité l’initiative d’un habitant de Moliets à se manifester. Un de ses aïeux, lui aussi au début de la guerre, avait pris soin du Missel en latin de la chapelle (Edition 1761). Après un exil de plus de 70 ans, ce Missel revient aussi dans ses murs.

Ces deux objets précieux reprennent donc vie et place à Maâ, tel un aboutissement inéluctable, après une longue période d’absence.

Pour mémoire, il faut rappeler qu’en raison de la période après guerre, cette chapelle a été plus ou moins négligée de 1940 à 1990, date à laquelle la municipalité de Moliets et Maâ a décidé de sa rénovation, ce qui nous permet aujourd’hui, sur les lieux mêmes de son Histoire, d’évoquer les Templiers qui l’ont construite en 1130, et le passage des pèlerins pour St Jacques de Compostelle sur la voie du littoral qui jouxte l’édifice depuis le Moyen Age.

Marguerite Labèque

Photos de la Vierge de Maâ, avant et après restauration

Copyright 2016 - Tous droits réservés